Poeme rupture amoureuse

Poemes je te quitte, poeme rupture douloureuse, poeme de rupture d'amour, poeme de separation, texte rupture d'amour







Entre elle et moi c'est terminé
J'aimerais bien réessayer
Mais elle n'a qu'une envie
C'est que je sorte de sa vie .

Mon esprit à tourner la page
Mais mon cœur ne le peut  pas
J'ai envie d'aller lui parler
Ca ne va que tout empirer.

Certains amis m'ont étonné
Car ils m'ont dit de la laisser
Et pour cela je les haïs
Je ne les veux plus dans ma vie.

Je crois que tu veux que je change
Tu voudrais que je sois un ange
Faut-il que je souffre pour toujours
M'as-tu aimer au moins un jour



  
Je t'avais rencontré.
Tu étais tombé,
Peu après m'avoir bousculé.
Tu t'es relevé,
Et m'as regardé.
J'ai vu dans tes yeux,
Un endroit silencieux.
Après m'avoir laissé en plan,
Tu es parti en courant.
Après ce moment,
Passèrent les saisons.
Suis-je la seule qui pense à toi ?
Ou depuis ce jour tu te dis avoir laissé,
Cette opportunité,
De me parler.
Moi ? Je pense à toi.
Si le destin nous avait pas lié
Par un lien de fraternité
Voici que nous serions mariés.
L'opposition de nos parents,
Nous séparèrent pendant longtemps.
Et depuis ce jour
Je me rappelle de toi pour toujours.
Ils ont finalement réussis,
Notre relation est finie !
Je me battrais pour qu'un jour,
Tu reviens vers moi pour toujours.

 

Je t'aime et je t'ai toujours aimé.
Même si sans aucun adieu, tu m'as quitté,
Je suis incapable de te détester.
Si c'était ce que tu voulais,
Alors c'est aussi mon souhait.
Néanmoins je garderai toujours le souvenir
Avec ton sourire empli de cette
Chose oublié qu'est la joie.

 

Il y a des soirs comme ça
Où je me prend la tête avec toi.
Oui j'ai peur pour notre couple dans le futur,
Oui j'ai vraiment peur de l'avenir.

Ce genre de choses ne me donne qu'une envie,
De tout foutre en l'air,
De tout laisser tomber
Et de pleurer.

Plus le temps passe
Et plus je passe mon temps à pleurer,
A t'attendre
Et à désespérer.

 

Je hais ta façon de me parler
Et la couleur de tes cheveux
Je hais ta façon de conduire
Et de me regarder dans les yeux
Je hais tes stupides bottes d'armée
Et ce que tu devines en moi
Je te hais au point d'en crever
Et même de te tuer parfois
Je hais ta façon d'avoir raison
Tes histoires inventées
Je te hais quand tu me fais rire
D'avantage quand tu me fais pleurer
Je te hais quand tu n'es pas là
Et que tu es dieu sait où
Mais je hais surtout de ne pas te haïr
Ni un seul instant
Ni une seule minute
Ni même du tout